Protocole de rédaction FLE/FLA

Le contexte général
Dans son désir de s’ouvrir sur le reste du monde, l’Afrique fait face aujourd’hui aux phénomènes d’intensification et de complexification de la communication internationale. Ainsi, plusieurs langues étrangères surtout indo-européennes se partagent le paysage linguistique africain aux côtés d’un parterre de langues africaines dont généralement on semble ne pas se soucier. On assiste donc de nos jours, dans les écoles africaines notamment francophones, à une utilisation systématique et intense des langues européennes. Cette situation pourrait conduire à l’abandon du patrimoine linguistique africain si rien n’est fait pour le sauvegarder. En effet, dans la plupart des écoles africaines en général, l’anglais, le français, le portugais ou l’arabe etc. règnent sans partage. Or, les apprenants dans ces contextes ont des connaissances d’autres langues, notamment les langues nationales de leur pays, avant leur entrée à l’école. Curieusement, ces compétences linguistiques des apprenants africains ont été, pendant longtemps, considérées ou perçues comme un frein à l’apprentissage des langues européennes, du français dans notre cas de figure. On assiste souvent à des situations scolaires multilingues dans laquelle se déroule l’enseignement-apprentissage du français et dont les méthodes ou manuels recommandés sont éloignés des contextes d’apprentissage. La présente collection, co-initiée par le DEPARTMENT OF LITERATURE,
LINGUISTICS & FOREIGN LANGUAGES, de KENYATTA UNIVERSITY
(Kenya) et le réseau ACAREF/DELLA (Académie Africaine de Recherches et d’Etudes Francophones), se propose de servir de creuset de recherches scientifiques et de réflexions entre professionnels du français tel qu’il est vécu, parlé, enseigné, pratiqué en Afrique avec des retours et partages d’expériences en la matière. L’un des points forts à noter dans cette nouvelle aventure vient du fait que l’initiative est prise par un département de français d’un pays plutôt anglophone.

Objectifs et contenus de la Collection FLE/FLA
L’objectif principal de cette collection est de donner l’occasion aux chercheurs, enseignants et autres professionnels du français en/d’Afrique, de rendre compte d’actions de recherche ou de porter un regard réflexif rigoureux sur le français, en dressant régulièrement un tableau scientifique de la situation du français, des rapports entre celui-ci et les langues en présence en Afrique de même que les influences mutuelles qui surviennent de ces contacts. Il ne s’agit pas, pour ces professionnels du français, de s’ériger en « juges ou en avocats » pour condamner ou défendre le français en contexte, mais plutôt de porter des regards de chercheurs et d’experts sur la situation de cette langue seule ou aux contacts avec d’autres langues en/d’Afrique, y compris les langues européennes…
D’un point de vue spécifique, les contenus des contributions doivent être axés sur les domaines/discipline suivants :
    – Langues
    – Littératures
    – Traduction et interprétariat.
    – Didactique
    – Sociolinguistique
… en lien avec le français en/d’Afrique ou autres expériences similaires ailleurs.
Plusieurs axes de réflexions feront l’objet des contributions à soumettre à la collection. Il s’agit entre autres des axes suivants :
    – Description du paysage linguistique et de l’enseignement du français en contexte bi/multilingue africain.
    – Les langues africaines et le français
    – Les rapports entre l’anglais et le français en Afrique
    – Le français en contexte/pays anglophones
    – Le français dans les systèmes scolaires africains
    – Les méthodes/approches d’enseignement du français en Afrique – Les manuels d’enseignement du FLS/FLE en Afrique – La didactique du FLA (Français Langue Africaine).

Périodicité :
La Collection FLE/FLA publie 2 numéros par an.
L’appel du premier numéro court de mi-janvier à mi-avril pour une parution en mai.
L’appel du deuxième numéro court de mi-juin à mi-septembre pour une parution en novembre.

Type de publication :
Les publications sont faites en version électronique.

Normes rédactionnelles de la collection FLE/FLA
Pour publier avec la COLLECTION FLE/FLA, il faut se conformer aux exigences rédactionnelles suivantes :
Titre- L’auteur formule un titre clair et concis (entre 12 et 15 mots). Le titre, centré, est écrit en gras, taille 14

Mention de l’auteur-
Elle sera faite après le titre de l’article et 2 interlignes, alignée à gauche. Elle comporte : Prénom, NOM (en gras, sur la première ligne), Nom de l’institution (en italique, sur la deuxième ligne), e-mail de l’auteur ou du premier auteur (sur la troisième ligne). L’ensemble en taille 10.

Résumé – 

L’auteur propose un résumé en français exclusivement. Ce résumé n’excède pas 250 mots. Il limite son propos à une brève description du problème étudié et des principaux objectifs atteints ou à atteindre. Il présente à grands traits sa méthodologie. Il fait un sommaire des résultats et énonce ses conclusions principales.
Mots-clés – Ils accompagnent le résumé. Se limiter à 3 mots minimum et 5 mots maximum. Les mots-clés sont indiqués en français et en anglais.
NB : Le résumé est rédigé en italique, taille 10. Les mots-clés, en italiques aussi, sont écrits en minuscules et séparés par une virgule. L’ensemble (titre + auteur+ résumé (français et anglais) + mots-clés) doit tenir sur une page.
Bibliographie –Il reprend tous les livres et articles qui ont été cités dans le corps de son texte.
Conseils techniques
Mise en page –
Style et volume Verdana, taille 14 pour le titre de l’article et pour le reste du texte Verdana taille 12), interligne 1,5. Le texte ne doit pas dépasser 15 pages (minimum de 10 pages & maximum de 15pages). Le titre de l’article, l’introduction, les sous-titres principaux, la conclusion et la bibliographie sont précédés par une seule interligne.
Titres et articulations du texte – Le titre de l’article, tout en minuscule, est en gras, aligné au centre. Les autres titres également en gras, sont justifiés ; leur numérotation doit être claire et ne pas dépasser 3 niveaux (exemple : 1. – 1.1. – 1.1.1.). Il ne faut pas utiliser des majuscules pour les titres, sous-titres, introduction, conclusion, bibliographie.
Notes et citations – Les citations sont reprises entre guillemets, en caractères normaux. Les mots étrangers sont mis en italique. Le nom de l’auteur et les pages de l’ouvrage d’où cette citation a été extraite, doivent être précisés à la suite de la citation. Exemple : (Yennah, 20015 :10)
NB : Les notes de bas de page sont à éviter. Au besoin, en faire une page annexée à l’article, après la bibliographie.
Tableaux, schémas, figures – Ils sont numérotés et comportent un titre en italique, au-dessus du tableau/schéma. Ils sont alignés au centre. La source est placée en dessous du tableau/schéma/figure, alignée au centre, taille 10.
Présentation des références bibliographiques :
Dans le texte : les références des citations apparaissent entre parenthèses avec le nom de l’auteur et l’année de parution ainsi que les pages. Exemple : (Were, 2018 : 12). Dans le cas d’un nombre d’auteurs supérieur à deux, la mention et al. en italique est notée après le nom du premier auteur. En cas de deux références avec le même auteur et la même année de parution, leur différenciation se fera par une lettre qui figure aussi dans la bibliographie (a, b, c, …).
A la fin du texte : Pour les périodiques, le nom de l’auteur et son prénom sont suivis de l’année de la publication entre parenthèses, du titre de l’article entre guillemets, du nom du périodique en italique, du numéro du volume, du numéro du périodique dans le volume et des pages. Lorsque le périodique est en anglais, les mêmes normes sont à utiliser avec toutefois les mots qui commencent par une majuscule.
Pour les ouvrages, on note le nom et le prénom de l’auteur suivis de l’année de publication entre parenthèses, du titre de l’ouvrage en italique, du lieu de publication et du nom de la société d’édition.
Pour les extraits d’ouvrages, le nom de l’auteur et le prénom sont à indiquer avant l’année de publication entre parenthèses, le titre du chapitre entre guillemets, le titre du livre en italique, le lieu de publication, le numéro du volume, le prénom et le nom des responsables de l’édition, le nom de la Maison d’édition, et les numéros des pages concernées.
Pour les articles non publiés, les thèses etc., on retrouve le nom de l’auteur et le prénom, suivis de l’année de soutenance ou de présentation, le titre et les mots « rapport », « thèse », qui ne doivent pas être mis en italique. On ajoute le nom de l’Université ou de l’Ecole, et le lieu de soutenance ou de présentation.
Pour les actes de colloques, les références sont traitées comme les extraits d’ouvrages avec notamment l’intitulé du colloque mis en italique. Si les actes de colloques sont sur CD ROM, indiquer : les actes sur CD ROM à la place du numéro des pages.
Pour les articles disponibles sur l’Internet, le nom de l’auteur, le prénom, l’année de la publication entre parenthèses, le titre du papier entre guillemets, l’adresse Internet (url) à laquelle il est disponible et la date du dernier accès.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.